Soutenir Habitat et Citoyenneté

Cliquez ici pour faire un don à l’association Habitat et Citoyenneté

Site de Habitat et Citoyenneté


Alors avons-nous encore besoin d’argent ?

Oui, évidemment.
Au total, pour que vous compreniez où on en est, les dons qui ont été versés par le biais de Paypal depuis la création de ce site représentent un montant de 2.500,00€ exactement (les commissions de Paypal représentent 94,79€).
D’autres dons ont été reçu par chèque ou par virements directs, voire en liquide, envoyés directement à l’association.
Au final, je n’ai pas les chiffres exacts au moment où j’écris ces lignes, mais les sommes versées représentent en gros un volume de 6.000 euros.
C’est vraiment bien. Cela a permis de passer le cap extrêmement difficile du mois de septembre.

Sommes-nous tirés d’affaire ?

La question ne se pose pas ainsi.
Notre seul objectif, c’est de répondre aux besoins urgents et immédiats des centaines de réfugiés qui passent par nos chemins chaque semaine.
A l’heure où j’écris ces lignes, il y a une trentaine de réfugiés chez un ami (je me rends demain chez lui pour en transporter quelques uns et leur permettre de rejoindre frère, père, mère ou sœur en Allemagne ou à Paris). Mais il y en avait 40 la semaine dernière et ce n’était pas les mêmes personnes.
Deux fois déjà à la date de cet article, la police est passée chez Hubert, le coordinateur d’Habitat et Citoyenneté, emmenant à chaque fois tous les réfugiés présents, adultes et mineurs, hommes, femmes et enfants, pour les remettre à la police italienne de l’autre côté de la frontière. Bien sûr ils ont enfreints la loi en traitant les mineurs de la même manière que les adultes, mais en même temps ces policiers ou gendarmes ont obéi aux ordres reçus de leur hiérarchie.

Les réfugiés sont-ils tirés d’affaire ?

C’est ainsi que la question se pose.
Et la réponse, actuellement, est évidemment non.
Les quelques articles présentés sur ce site sont clairs à ce sujet, les dizaines d’autres articles paraissant dans toute la presse française et internationale depuis quelques mois le soulignent parfaitement. Dans leurs pays d’origine, la mort, la misère, la maladie, règnent partout. L’espoir qu’ils conservent par delà la misère ambiante, pour eux et leurs enfants, les amènent à prendre des risques inouïs, espérant ainsi, oh pas grand chose, un toit, une couverture et la sécurité d’un pays qui n’est pas en guerre.
Actuellement à l’arrivée, quand ils arrivent, que trouvent-ils ? Certainement pas ce qu’ils ont osé espéré.

A quoi sert cet argent, maintenant ?

Dans notre région, les gares de Menton, Nice, Antibes, Cagnes sur Mer, Cannes, sont surveillées.
Nous sommes plusieurs à avoir fait quelques heures de garde à vue, plus ou moins effrayés par les méthodes policières, pour avoir transporté et déposé quelques réfugiés dans un train les conduisant là où ils ont une connaissance, un point de chute, quelqu’un qui les attend.
Nous sommes maintenant obligés de déposer ces réfugiés plus loin, dans d’autres gares, ce qui représente des frais d’essence, de péage.
Ces personnes que nous transportons n’ont pas un euro avec elles, que vont-elles manger durant leur voyage ? Que vont-elles boire ? Nous leur donnons 5 ou 10 euros en fonction de nos moyens, parce que nous sommes, nous, citoyens, conscients de leur détresse, quitte à devoir expliquer notre démarche à notre banquier, qui en général a du mal à nous offrir les facilités souhaitées.
Comme déjà dit dans d’autres articles, nous nous débrouillons aussi pour leur trouver de la nourriture durant les quelques heures/jours qu’ils passent chez nous, le temps de récupérer de leur traversée.
C’est à cela que sert l’argent que nous récupérons.
Offrir à manger, à boire, un toit, même temporairement, c’est déjà un instant de répit.

Que faire ?

Donner des sous.
S’impliquer personnellement.
Transporter des personnes, s’arrêter quand on en voit au bord de la route.
Prendre 5 minutes pour déposer son témoignage sur ce site.
Ecrire à la préfecture des alpes maritimes pour revendiquer son statut de citoyen et désapprouver voire dénoncer les actions mises en place.
Ne pas laisser dire n’importe quoi lors d’une conversation concernant les réfugiés.
Intervenir, dénoncer l’état hors la loi, soutenir l’état dans la loi, modifier les lois de l’état…

Cliquez ici pour faire un don à l’association Habitat et Citoyenneté

Site de Habitat et Citoyenneté



Catégories :soutenir les associations

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :